[]
Financial world

Comment les Allemands placent-ils leur argent et quelles leçons pouvons-nous à en tirer ?

Un sondage exclusif de l’institut Forsa – l’institut de recherche sociale et d’analyse statistique en Allemagne – montre, comment les allemands épargnent, placent leur argent et font de la prévoyance.

Quels placements financiers sont particulièrement populaire outre Rhin ?

Les placements financiers classiques et à faible risque (compte épargne, assurances vie et retraite, indemnité journalièr, immobiliers) continuent toujours d’être le premier choix des épargnants allemands – malgré le bas niveau des taux d’intérêt en Europe.

Le placement dans des fonds d’investissements ou dans des actions est également la tendance. Pratiquement un Allemand sur quatre place son argent dans ces titres. Le placement régulier des capitaux sous forme d’actions ou de fonds n’est cependant pas du tout envisageable pour de nombreux épargnants (57 pourcent) pour lesquels ce type d’investissement « possède aucune valeur » ou reste considéré comme « assez peu intéressant ». 

La génération plus jeune se montre ignorante en ce qui concerne ces types de placement et un sur quatre (25 pourcent) entre 18 et 29 ans ne connaît pas une telle forme de placement.

Malgré l’évolution économique propice, le développement d’actifs et de la prévoyance retraite sont en Allemagne difficiles pour les jeunes générations et les jeunes familles. La raison n’est pas seulement le très faible niveau des taux d’intérêt qui dure depuis longtemps.

Les allemands se sentent mal informés 

Plus d’un allemand sur deux (52 pourcent) se sent mal informé quant aux opportunités de placement. Cette tendance se poursuit frappant (58 pourcent) les ménages avec des revenus nets mensuels de moins de 1 500 euros.

Environ un sur quatre (24 pourcent) ne se sent « pas si bien » ou « pas du tout » informé. 

Comment dynamiser son épargne dans ce contexte ?

Quiconque cherche aujourd’hui un placement, ne peut plus miser la constitution de son patrimoine comme auparavant sans considerer les placements à risques. Les épargnants doivent jusqu’à un certain point accepter un risque. Il est nécessaire d’être capable de s’informer et se renseigner activement et de façon autonome sur les placements appropriés et les risques liés. Laisser aux banques et institutions financières ce domaine de savoir ne peut désormais plus satisfaire totalement. A l'instar du e-commerce et l'achat sur internet actuel, le consommateur doit être un épargnant bien informé pour faire fructifier son argent. 

L'épargnant ainsi informé trouvera dans le crowdfunding l'opportunité de placer son argent différemment

Aux placements traditionnels, le crowdfunding (financement participatif) constitue une alternative complémentaire. Seul l’épargnant choisi conformément à ses préférences, ses centres d’intérêt, ses convictions et ses valeurs, le type de placement (investissement, prêt, immobilier, obligations, royalties…) dans lequel il investit son argent. Et cela en cohérence avec sa situation financière et le niveau de risque choisi.

Par ailleurs et au-déla des gains financiers, le crowdfunding permet via un investissement en capital (actions) de vivre par procuration une aventure entrepreneuriale. Via le prêt, de participer aux enjeux de la mise sur le marché d’un nouveau produit et innovation ou du développement économique d’une entreprise. De plus, l’épargnant retrouve son propre pouvoir de décision pour investir son argent dans l’économie réelle de proximité, régionale, nationale ou à échelle internationale et ainsi la développer durablement.

Rédacteur : Dominique B. Matzutat – hubokee

Via quel type de crowdfunding investirais-tu ? Cliques-ici pour en savoir plus sur le crowdfunding et ses diverses opportunités de placement.

Le lexique du crowdfunding – Apprendre, et comprendre le vocabulaire et les termes liés au financement participatif.

Source : info.Bild.de – Forsa sondage pour la Targobank (filiale allemande du Crédit Mutuel), 1000 répondants, 5 au 13 décembre 2017

Sois le premier